Rechercher

Bhastrika pranayama

Mis à jour : mars 19

La technique respiratoire nommée Bhastrika est un pranayama majeur dans le Hatha Yoga et la stimulation de l'énergie interne appelée Kundalini.

Le mot pranayama veux littéralement dire augmenter ET diriger le flot de prana, l'énergie contenue dans l'air, qui soutient la vie.

Bhastrika pranayama, à ne pas confondre avec Kapalbhati, procède par l'équilibration de l'inspiration et l'expiration volontaires et de manière audible, comme un soufflet.

On la retrouve durant la salutation au soleil (Surya namaskar) bien qu'elle se fasse plus couramment en maintenant la fixité du corps en posture assise, de préférence la posture du lotus (Padmasana) ou en Sidhasana.

C'est une technique dynamique et vivifiante qui produit beaucoup de chaleur et active le feu interne. En effet le pompage rythmique du diaphragme va stimuler le coeur et la circulation sanguine, accélérer les échanges gazeux au niveau cellulaire et éliminer les fermentations par l'élévation de la température corporelle. Les excès de mucus au niveau des sinus sont ainsi éliminés et le pratiquant raffermit sa résistance aux rhumes et désordres respiratoires tels que les sinusites chroniques, pleurésie, asthme, ou bronchite.

L'action du diaphragme améliore aussi la digestion, augmente l'appétit et fortifie le système nerveux.

Les effets les plus importants sont à noter sur le coeur et le cerveau. Toujours par l'action pompe du diaphragme, la circulation du liquide cérébro-spinal est stimulée. On a remarqué que par une pratique assidue et régulière, sous la surveillance d'un enseignant compétent en la matière, Bhastrika pranayama agit sur la transmission neuronale, en particulier dans les zones réticulaires et la zone de l'hypothalamus, modifiant ainsi les phénomènes réflexes, tels que les peurs.

Cette technique respiratoire n'est pas une technique débutante et n'est abordée qu'après un travail d'équilibration et de nettoyage tant physique que psychique.


Elle est fortement déconseillée en cas d'hypertension, de maladies cardiaques, de tumeur cérébrale, de vertige ou d'ulcère à l'estomac. Les personnes souffrant de glaucome ou de problèmes intestinaux (dysentrie ou diarrhée) doivent s'abstenir.


La chaleur produite par Bhastrika pranayama est le résultat de l'accélération du mouvement pranique dans le corps qui vient stimuler en particulier les centres du coccyx, nombril, thorax et cerveau, d'où sont effet libérateur sur les 3 granthis.

On constate grâce à cet afflux de prana un accroissement de la vitalité physique et une grande clarté mentale.

L'augmentation de chaleur a aussi pour effet de dégager la Sushumna préparant ainsi l'ascension de la Kundalini. En effet Bhastrika pranayama est la pratique numéro 1 pour l'éveil de la Kundalini.

Comme toutes techniques de Yoga il est recherché durant la pratique du confort et de la maîtrise en faisant travailler le corps, le mental et le prana main dans la main en conscience pour ainsi s’assurer la réussite dans ce qui est entrepris.


Utilisé à bon escient et avec discernement Bhastrika pranayama harmonise les émotions, augmente la satisfaction intérieure de manière profonde et permet l'émergence du témoin silencieux, condition indispensable à la pratique de la méditation aussi appelée Dhyana.






44 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout